La fin de l'aventure

prout-sine

Moi, mon pote, à la première menace, j'arrête tout !

C'est par un télégramme laconique qu'il annonce son intention d'arrêter, il est signé des mains de son producteur Paul Lederman, le 15 mars 1981.

Le lendemain paraît Charlie Matin concocté par l'équipe de Charlie Hebdo, contre la bêtise de la presse, dans lequel paraît un article signé Coluche qui explique les raisons de son retrait.

Je ne suis plus candidat. J'ai voulu remuer la merde politique dans laquelle on est, je n'en supporte plus l'odeur. J'ai voulu m'amuser et amuser les autres dans une période d'une très grande tristesse et d'un grand sérieux. C'est le sérieux qui vient de gagner.

Eh bien, tant pis. Des gens seront déçus. Je le suis aussi. Je suis déçu de mes droits civiques. J'arrête parce que je ne peux pas aller plus loin.

Messieurs les hommes politiques de métier, j'avais mis le nez dans le trou de votre cul, je ne vois pas l'intérêt de l'y laisser. Amusez vous bien mais sans moi.

paraphe-coluche

Retour-haut-de-page

Coluche-Hebdo, le site de la campagne du candidat-nul aux élections de 1981.

D'après des archives personnelles et le mémoire de fin d'études de Grégory Bozonnet, "La candidature de Coluche dans la presse...", septembre 2007, Lyon-2 [pdf]

Visitez Topinambours et Billevesées, un blog avec de l'humour et de la rosée sous les pieds.